Le PArti pour la LIbération de la MArtinique

GUYANE : Le MDES et les municipales

GUYANE : Le MDES et les municipales

11 juin 2013

MUNICIPALES 2014 ce qui va changer

« Le parti politique MDES (Mouvement de Décolonisation et d’Emancipation Sociale) tient à informer la population guyanaise qu’il participera aux prochaines élections municipales de 2014.

Il est urgent de construire une alternative politique en Guyane : nous sommes tous responsables de la gestion de nos communes. La collaboration que nous proposons est ouverte à toutes celles et tous ceux qui veulent s’engager pour le développement social, environnemental et économique de la Guyane et celui-ci commence par ses territoires communaux.

Un an avant les élections municipales de mars 2014, nous proposons donc à tous les citoyens patriotes d’avancer côte à côte, avec nous, afin d’œuvrer ensemble, unis et solidaires, pour le changement. »

Partant de ce principe, quelle alternative pourrions-nous offrir aux citoyens patriotes par rapport aux autres candidatures, qui se dessinent déjà ça et là, vous demandez-vous ? Celle-là même qui fait toute la différence.

 Dans moins d’un an, les Guyanais choisiront une équipe municipale dans leur commune respective. Cette élection les concerne directement parce que les politiques publiques menées par les communes touchent à la vie quotidienne (l’école, la santé, les voiries, la culture, la solidarité, …), à la vie associative, à l’environnement, tout en visant le long terme avec la gestion des espaces publics, l’aménagement, le logement, sans oublier les politiques conduites à l’échelle de l’intercommunalité.

 Ces sujets peuvent paraître un peu lointain pour certains et nous concevons que l’exercice d’un mandat au sein d’un conseil municipal ne soit pas très attractif dans la période de crise de confiance démocratique que nous traversons actuellement. Mais, au niveau municipal et intercommunal, des décisions sont prises quotidiennement, souvent dans la plus grande confidentialité, et influencent durablement l’avenir commun, sans que les citoyens soient toujours en mesure d’en percevoir les conséquences.

 Pour la plupart des conseils municipaux de la Guyane en place actuellement, nous pouvons faire un double constat : celui d’un essoufflement démocratique et la concrétisation de projets d’apparat. Ce dernier fait entrevoir le risque d’une démobilisation des citoyens patriotes, d’une défiance vis-à-vis de l’exercice du pouvoir. C’est aussi le signe d’une perte d’espoir et d’un repli sur soi qui menace gravement la capacité à rebondir collectivement, pour sauvegarder le vivre ensemble.

 Forts de l’expérience des citoyens exigeants, le MDES veut aller plus loin dans la voie de la transition sociale tout en refondant l’action sociale, l’action culturelle, le fonctionnement de nos écoles et les politiques pour la jeunesse. Nous n’hésiterons pas à remettre en cause les privilèges et acquis du passé. Nous nous saisirons également des sujets qui nous concernent tous : le développement d’une économie locale durable, la politique de transports écologiques, l’agriculture et la pêche de proximité, la démocratie participative, la politique des sports, la solidarité, la précarité et l’exclusion.

 Nous sommes déterminés aujourd’hui à n’envisager l’avenir de nos communes qu’avec la double exigence d’un projet innovant et mobilisateur, co-construit avec le plus grand nombre des habitants citoyens.

 C’est pourquoi, nous inviterons tous les citoyens patriotes à s’inscrire dans des Assises préparatoires aux municipales de 2014, organisées par nos sections. Par ce rassemblement, la population travaillera avec le MDES, pour des communes citoyennes, solidaires et sociales avec un programme axé sur « l’humain d’abord » afin de faire participer la population à l’écriture du programme aux municipales de 2014 qui sera ensuite présenté aux électeurs.

 Toutes celles et tous ceux qui se sentent concernés par cet appel, citoyens, patriotes et acteurs qui se situent clairement dans le camp du progrès social, d’une démocratie nouvelle, de la construction de communes durables et fortes attentives à l’éducation de leurs enfants comme au bien-être de leurs gangan, et qui souhaitent proposer une ALTERNATIVE pour bâtir collectivement l’avenir de la Guyane, je conclurai en disant « ZOT KÉ NOU, ANNOU SONJÉ… NOU KÉ ZOT, TOUT PÉ CHANJÉ ! ».

Imprimer cet article

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>