CONGRÈS : MANŒUVRES DU NÉO-PPM CONTRE LA MOTION SUR LE CHLORDÉCONE ET L’ÉPANDAGE AÉRIEN

by Palima | 24 juin 2013 0 h 13 min

Au moment où, en Martinique et dans le monde, des scientifiques dénoncent les dangers des pesticides pour la santé, Serge Létchimy et le néo-PPM se sont livrés aux manœuvres les plus inqualifiables pour empêcher le vote par le congrès d’une motion sur le chlordécone et l’épandage aérien.


D’abord, ils ont fait en sorte que sa présentation soit renvoyée en toute fin de congrès, alors même qu’elle avait été déposée avant les motions du néo-PPM.

Ensuite, après la lecture par Francis Carole de cette motion du CNCP, du MIM, du MODEMAS, du PALIMA et du RDM, Daniel Robin, à la demande de Serge Letchimy, évoqua « l’absence de quorum » pour que le congrès ne se prononce pas sur une question fondamentale de santé publique.

Cette évocation du « quorum » relève de la manœuvre puisque plusieurs autres motions avaient été votées juste avant, avec le même nombre d’élus. D’autre part, dans les minutes qui précédèrent la lecture de Francis Carole, le président de Région avait cherché à introduire une nouvelle motion de son groupe, marquant par là même que la question du « quorum » ne se posait pas.

Mais, sur le fond, ce comportement du néo-PPM ne doit pas nous surprendre. En effet, à plusieurs reprises, ce parti et son chef de file se sont opposés à l’interdiction de la poursuite de l’épandage aérien de pesticides :

-Lors de la plénière de la Région de décembre 2011, ils accordaient, en solidarité avec le préfet, un avis favorable à la dérogation à l’interdiction de l’épandage aérien.

-Lors d’une nouvelle plénière de juillet 2012, ils se prononçaient favorablement pour une seconde dérogation.

-Le mercredi 10 octobre 2012, le député de Fort-de-France, virulent, refusait de voter en faveur de la motion du député écologiste François-Michel Lambert visant à « interdire l’épandage aérien en outre-mer ».

La motion du CNCP, du MIM, du MODEMAS, du PALIMA et du RDM demandait la constitution d’une commission d’enquête parlementaire ayant pour mission « d’établir clairement les responsabilités dans l’affaire du chlordécone et l’ampleur de la catastrophe créée par plusieurs décennies d’utilisation de ce produit ». Elle réclamait aussi la mise en œuvre d’un « plan de réparation » des dommages occasionnés à tous les niveaux, tant sur l’environnement, l’économie que sur les personnes.

Elle exigeait enfin « l’arrêt immédiat de l’épandage aérien ».

L’emploi des pesticides en Martinique constitue un sujet de santé publique majeur. Il est désormais reconnu que ces pesticides sont responsables de troubles neurologiques (ex. Maladie de Parkinson), de troubles métaboliques, de tumeurs cérébrales, de cancers hormono-dépendants (cancers de la prostate, du sein, des testicules, de l’ovaire), d’infertilité.

Le rapport de la commission du Sénat français sur les pesticides et et leur impact sanitaire, rendu public le 23 octobre 2012, concluait :

- »Les dangers des pesticides sont sous-évalués ».

- »L’effet des perturbateurs endocriniens est mal pris en compte ».

- »Les protections contre les pesticides ne sont pas à la hauteur des dangers et risques ».

Au vu de ces éléments qui portent sur la santé de la population, nous laissons chacun juge du niveau d’irresponsabilité de Serge Létchimy et du néo-PPM.

Pour notre part, nous poursuivons, avec notre peuple, la mobilisation nécessaire contre l’empoisonnement des Martiniquais.

MARTINIQUE

Dimanche 23 juin 2013

Partager[1]Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someone
Endnotes:
  1. Partager: https://simplesharebuttons.com

Source URL: http://www.lepalima.org/web/?p=2188