HOMMAGE À AIMÉ CÉSAIRE AU PARLEMENT

by Palima | 25 juin 2013 21 h 07 min

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(Le 24 juin 2013)

Texte de l’intervention du député MIM Jean-Philippe Nilor
Monsieur le président, monsieur le ministre, chers collègues, je tiens à dire d’emblée que je
m’associe pleinement à l’idée de rendre hommage à Aimé Césaire pour son parcours, ses écrits
et son combat politique, mené en particulier pendant quarante-sept ans sur les bancs de
l’Assemblée nationale par des interventions magistrales qui ont marqué les mémoires et les
consciences, dont la mienne. Là-dessus, il n’y a aucune ambiguïté.
Néanmoins, il y a de quoi s’étonner du choix stratégique consistant à faire voter à l’Assemblée
nationale une proposition de résolution d’hommage en vertu de l’article 34-1 de la
Constitution pour émettre un avis sur l’hommage à Aimé Césaire. Très clairement, je
considère qu’on ne vote pas un hommage, on le rend ou on ne le rend pas. J’irai même jusqu’à
dire que Césaire, de son vivant, n’a jamais demandé ni attendu les hommages. Mais quitte à
lui rendre hommage, ce à quoi j’adhère puissamment, la moindre des choses est de respecter
sa pensée en cette circonstance historique.
Voilà ce qu’il écrit dans son ouvrage Nègre je suis, nègre, je resterai : « Nous devons
d’abord nous prendre en mains ; nous devons travailler ; nous devons nous organiser ; nous
avons des devoirs envers notre pays, envers nous-mêmes. Je ne crois pas qu’il y ait
d’obstacles insurmontables. Simplement, il a toujours existé un certain ‘négroïsme’, en
particulier de classe. Prenons l’exemple d’Haïti. À quoi a abouti leur révolution ? Elle a
bénéficié à un petit groupe ; quant aux autres… C’est la marque d’un égoïsme très humain, un
particularisme, une tendance au clan, au ‘copinisme’ ». Or, la nécessité exige de se projeter au
dehors, d’élargir les horizons. » Et plus loin : « Il faut repartir
vers un autre monde qui affirme la peur de la violence, la peur de la haine et le respect de
l’homme, son épanouissement. »
On le voit bien : de par sa dimension et par l’impact de sa pensée à travers le monde, Aimé
Césaire n’appartient pas à une race, il n’appartient pas à un continent, il n’appartient pas à un
pays, il n’appartient pas à un parti, et encore moins à un homme.
À la lecture des deux alinéas de l’article unique de la proposition de résolution, la lumière
jaillit et les masques tombent, nous permettant de mieux comprendre la finalité sournoise et
l’hypocrisie de cette démarche. Il s’agit bien de poser sournoisement, en catimini, dans le dos
des Martiniquais la première pierre de la troisième voie, jamais approuvée par le peuple
martiniquais. D’ailleurs, aux dernières élections législatives, sur quatre circonscriptions, les
trois candidats partisans de cette troisième voie ont été laminés. Cette voie n’est pas celle
d’Aimé Césaire, c’est une voie de garage, c’est la voie de la nébuleuse, c’est la voie du
contournement de la démocratie ! Sincèrement, Césaire mérite mieux que cela !
Certes, je ne partage pas toutes ses idées, je ne partage pas ses craintes, je ne partage pas ses
peurs, et je sais que j’interviens aujourd’hui dans un contexte différent de celui qu’il a vécu
hier. Je partage cependant modestement et humblement sa modestie, son humilité et son
amour de l’homme.

J’ai un respect infini pour Aimé Césaire, pour l’homme et pour son oeuvre, mais je ne suis pas
pour autant « césairolâtre » et encore moins « césairophrène ». J’affirme que ceux qui se sont
autoproclamés héritiers de Césaire sont des rentiers de Césaire ! Ils utilisent l’image de
l’homme à des fins électoralistes et individualistes – et au final, ce sont eux, les «
césairophages » !
Laissez Césaire reposer en paix, cessez de le déterrer pour satisfaire vos propres
ambitions . C’est ce combat qu’il faut mener aujourd’hui au nom des valeurs défendues hier
par Aimé Césaire, au coeur desquelles il y a le respect de l’autre. Une phrase de l’ouvrage
Nègre je suis nègre, je resterai, de Césaire, résume bien cette notion de respect : « Tu es toi
et je suis moi. Tu as ta personnalité, j’ai la mienne, et nous devons nous respecter et nous
aider mutuellement. » C’est cette apologie de la diversité et de la pluralité qui permet de
régénérer la démocratie. Nous en avons bien besoin aujourd’hui et nous gagnerions à en tirer
des leçons.
En parlant de respect, je veux évoquer ce qui, à mes yeux, constitue un cas de
discrimination manifeste. Le mardi 11 juin 2013 à 18 heures l5, un mail a été transmis à tous
les députés d’outre-mer, dont je donne lecture : « Mesdames et messieurs les députés, le lundi
24 juin après-midi, Serge Letchimy présentera dans l’hémicycle une proposition de résolution
rendant hommage à Aimé Césaire. Pour prolonger ce « temps fort », je serai très heureux de
vous inviter à dîner le 24 juin à 20 heures au petit Hôtel à l’Assemblée nationale en présence
de Jean-Paul Césaire. Je vous remercie par avance pour votre réponse avant le mardi 18
juin. Bien à vous,
Frédéric Potier,
Présidence de l’Assemblée nationale, conseiller outre-mer.
Ce mail a été adressé à Gabriel Serville, Jean-Claude Fruteau, Bernard Lesterlin,
Ericka Bareigts, à tous les députés de la Réunion, de la Guyane, de la Polynésie
française, de Saint-Pierre-et-Miquelon et de Wallis-et-Futuna, bref, à tous les députés d’outremer, sauf à deux : Alfred Marie-Jeanne et à moi-même ! Alfred Marie-Jeanne a pourtant
connu Césaire, il a travaillé avec lui – il l’a combattu, certes, mais toujours respecté . Quant à
moi, j’ai été alimenté, dès mon plus jeune âge, par la pensée de Césaire, père fondateur du
PPM.
C’est une faute politique grave, que dis-je, un délit perpétré contre la démocratie, avec la
circonstance aggravante qu’il est commis en bande organisée. Il faudra m’expliquer, Monsieur
le P résident de l’Assemblée nationale, pourquoi nous sommes victimes d’une telle
discrimination.
Je ne suis pas blessé par cette mesquinerie, car l’homme blessé perd son objectivité, mais je
suis, plus que jamais, prêt à combattre cet état d’esprit, qui
témoigne de ce glissement vers la pensée unique, bien éloignée de ce que pensait Césaire.
Cette méthode mesquine maintient la démocratie en apnée alors que Césaire disait, dans son
Discours sur le colonialisme, que « (… ) l’échange est ici l’oxygène ».
En nous excluant, vous avez peut-être voulu nous « poubelliser ». Permettez-moi de vous dire
que ce type de méthode traduit un véritable processus de dégénérescence et de dessèchement
de la démocratie telle que vous la concevez. En outre, je suis déçu de constater que le
Président de l’Assemblée nationale se soit associé à cette démarche qui offense non pas nos
personnes, mais les nombreux Martiniquais qui nous ont eux-mêmes choisis pour siéger ici,

n’en déplaise à certains. En conséquence, j’affirme que ceux qui n’ont que le nom de Césaire à
la bouche piétinent sa pensée au quotidien par leurs pratiques et leurs méthodes !
Je voudrais terminer par un extrait de l’ouvrage de Stéphane Hessel et Edgar Morin, intitulé
Le Chemin de l’espérance : « La barbarie (…) mène ainsi au fanatisme purificateur et
expulseur, qui a pour racines mentales, comme tous les fanatismes, d’une part le
manichéisme, c’est-à-dire une conception diabolisante de ceux que l’on rejette ou veut
détruire, d’autre part la réduction de l’autre au pire aspect (réel ou imaginaire) de sa
personne. La lutte contre manichéisme et le réductionnisme ne peut se borner à faire appel à
la rationalité, elle ne peut devenir efficace que si l’on développe, à partir d’une réforme
efficiente de l’enseignement, une pensée complexe capable de voir l’ensemble des caractères
divers ou ambivalents d’un même phénomène, d’une même population, d’une même personne,
y compris soi-même. »
C’est cet engagement que nous devons de défendre, c’est pour cela que nous devons nous
battre afin que puissent émerger des politiques à la hauteur des exigences impérieuses de
l’humanité. J’ajoute que si cette politique d’expulsion et de discrimination se poursuit, vous
porterez la responsabilité du fait que les futures générations – les petits-fils et arrière-petits-fils
d’Aimé Césaire – ne diront plus « la mère patrie », mais « l’amère patrie » pour désigner la
France !

 

Partager[1]Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someone
Endnotes:
  1. Partager: https://simplesharebuttons.com

Source URL: http://www.lepalima.org/web/?p=2238