Le PArti pour la LIbération de la MArtinique

Fodfwans, lè a rivé !

Fodfwans, lè a rivé !

14 fév 2014

Fodfwans, lè chanjman an rivé !

Salle comble, foule, plus de 700 personnes ont tenu à manifester leur soutien total à la liste « Union pour le changement à Fort-de-France » conduite par Francis CAROLE, le dimanche 9 février à l’ex Copès, sur la route de Moutte.

L’ambiance, l’enthousiasme étaient au rendez-vous.

C’est par une introduction musicale de « bèlè nou » autour du morceau « Fok sa chanjé Fodfwans » que ce grand rassemblement commença. Nous avons également eu droit à la très belle version instrumentale de ce morceau.

Docteur Félix Doutone, président du comité de soutien à la liste « Union pour le changement à Fort-de-France » intervint à propos de l’impérieuse nécessité du changement ;  il en profita pour brosser le portrait de Francis Carole.

Marcellin Nadeau, maire du Prêcheur, responsable du Modémas, apporta son soutien total à Francis Carole et à la liste qu’il a l’honneur de conduire. S’inspirant d’une citation de Victor Hugo, il indiqua qu’il était évident que l’heure du changement à Fort de France avait sonné et que celui-ci serait désormais irrépressible.

Le député du sud, Jean-Philippe Nilor insista sur les qualités intrinsèques de Francis Carole qu’il a côtoyé pendant sept années au conseil général. Il mit en relief le dispositif  « école, famille, quartier  » qui fut initié par Francis Carole au conseil général, démontrant par là même que cette disposition appliquée dans les collèges de Martinique, était d’une efficacité indiscutable (90% de réussite) afin de remettre sur de bons rails des enfants en difficulté, guettés par la déscolarisation…

Le secrétaire général du parti communiste Martiniquais Georges Erichot donna un aperçu de l’état de la ville de Fort de France à l’aide de multiples exemples concrets, disqualifiant ainsi l’équipe en place.

Edmond Mondésir, au nom du CNCP indiqua l’état de maturation auquel la société Martiniquaise était parvenue et que l’Union des forces, présentes ce dimanche 9 février, se situait dans cette logique.

Clément Charpentier-Tiity, secrétaire à la communication du Palima mit l’accent sur la « décrépitude idéologique » des dirigeants du néo-ppm qui poussent l’outrance à déclarer sans rire « Fort de France  patrimoine de leur parti « .

Claude Lise, 1er secrétaire du RDM ironisa sur la technique des effets d’annonce pratiquée par l’actuel président du néo-ppm ; il cita entre autres les 21 « chantiers » concernant la ville ou encore les deux « plans de relance » dont on cherche désespérément les résultats…

Alfred Marie-Jeanne président du MIM, député du centre atlantique vint clôturer ce cycle d’interventions en attirant notre attention sur la connivence existant entre certaines institutions étatiques et l’actuel président du néo-ppm.

Commença alors la présentation solennelle de la liste « Union pour le changement à Fort de France » jusqu’à la tête de liste, Francis Carole qui prit la parole sous un tonnerre d’applaudissements, déclarant entre autres :

« la ville est enceinte d’un incontournable et salutaire changement ».

« Il y a pire que la grève de l’essence : c’est la grève du sens instaurée par la majorité municipale à Fort de France ».

« Nous élaborerons, avec le personnel et ses représentants, un pacte de progrès garantissant tous leurs droits, l’amélioration de leur situation, leur liberté de conscience, afin de créer une dynamique nouvelle favorisant une plus grande efficacité de l’action municipale ».

Au terme de cet impressionnant rassemblement, il est clair que les choses bougent en profondeur à Fort de France…

Lè chanjman an rivé !

La rédaction du Palima.org

 

Imprimer cet article

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>