Le PArti pour la LIbération de la MArtinique

Intronisation du maire de Fort-de-France le 29 mars 2014

Intronisation du maire de Fort-de-France le 29 mars 2014

7 avr 2014

Un Bofè-a malpropre et insultant d’une partie du néo-PPM aux abois

Décidément, certains au  néo-PPM ont des problèmes avec la  démocratie.

Le samedi 29 mars dans la matinée le nouveau conseil municipal de Fort-de-France était convoqué pour l’élection du nouveau maire et de ses adjoints.

Les 10 élus de l’Union pour le Changement à Fort-de-France menée par Francis Carole se sont présentés à la mairie. Accompagnés de certains de leurs partisans. Rien là que de très normal. Pour accéder à la salle du Conseil les amis de Francis Carole  se sont vus quand même refuser l’entrée au motif qu’il n’y avait plus de places et pour y accéder certains ont du fortement insister. La séance est présidée par Raymond Saint-Louis Augustin, le maire sortant, avec à ses côtés Didier Laguerre.

Le premier point de l’ordre du jour était la proclamation des résultats du scrutin du 23 mars. Didier Laguerre : 12 839 voix, est-il annoncé. Applaudissements et cris tonitruants de victoire de l’énorme foule des partisans PPM. Normal.

Miguel Laventure : 1 649 voix. Applaudissements maigres et polis, y compris des élus Union pour le Changement à FDF. Presque normal.

Francis Carole : 8 403 voix. Applaudissements et cris des partisans la liste qui ont pu en très faible nombre entrer dans la salle du Conseil municipal. Normal aussi, pourrait-t-on croire.

Et bien non. Immédiatement, des huées se font entendre, puis une partie de l’assistance se met à entonner en boucle : « Bo fè a, Bo fè a yo pété bonda Carole… ». Stupéfaction. Et alors, comme un seul homme, les 10 élus de la liste Carole se lèvent et quittent la salle. On entend, alors que la plupart des élus de l’Union sont déjà sortis de la salle, Raymond Saint-Louis Augustin protester en demandant que l’on respecte les élus de l’opposition. Rien n’y fait les huées continuent. Dans les couloirs, les propos peu amènes et agressifs des militants PPM en masse accompagnent les élus du Changement.

Ascenseurs, rez-de-chaussée, parvis de l’Hôtel de vile où avait été installé un écran géant pour la retransmission de la cérémonie devant une petite foule composée  de militants et employés municipaux en grande partie acquis au PPM. Insultes, huées  et cris hostiles  accompagnent encore les élus de la liste Carole qui sortent de la mairie.

Ils traversent le boulevard Général de Gaulle et regagnent le QG de campagne de l’Union de l’autre côté du boulevard.

Conférence de presse improvisée de Francis Carole entouré des autres élus qui déclare en substance : «  Nous avons été élus par 8 403 citoyens de Fort-de-France pour défendre les intérêts de la ville. Il n’est pas question d’accepter d’être insultés. Car aujourd’hui ce sont des insultes, demain ce seront des coups et d’autres exactions. Nous nous sommes retirés pour signifier que ces méthodes d’intimidation doivent cesser…. Nous sommes là pour travailler au service de la population… ». Digne et ferme.

Effectivement, certains au néo-PPM n’ont pas digéré que leur candidat a perdu 10 000 voix par rapport à 2008 et n’a été élu qu’avec une faible participation de 41 %. Il n’a échappé au 2ème tour qu’à 470 voix près obtenues dans des conditions de pressions et de manœuvres inavouables et parce qu’une loi française inespérée a supprimé l’obligation de recueillir le quart des électeurs inscrits pour être élu au 1er tour. 

Il  y a dans la réaction de ces personnes une attitude quasiment mystico-religieuse. Ils n’ont pas supporté qu’un autre que  l’élu PPM soit acclamé à l’intérieur d’une mairie qu’ils considèrent comme leur « patrimoine », leur temple. Pour eux cela relève du sacrilège, du crime littéralement de lèse-majesté.

Sommes nous en présence d’une monarchie dynastique avec Césaire 1er, Césaire II (Letchimy) et Césaire III (Laguerre) ?

Pour la petite histoire, il s’avère que c’est le sieur Camille Chauvet qui a pris l’initiative de jouer le chef d’orchestre de la bronca anti-Carole au motif, explique-t-il lui-même sur facebook, que l’on ne pouvait accepter des acclamations en faveur de Francis Carole d’une intensité comparable à celles en faveur de Didier Laguerre. Aveu significatif du niveau de la pensée de quelqu’un qui se présente comme césairiste et indépendantiste sur sa télévision KMT. Selon plusieurs témoignages dignes de foi, Chauvet s’est levé quand Carole a été acclamé et mettant les mains en portevoix a crié « Hou, hou, hou »lançant le concert immoral des huées contre Carole puis a entonné le fameux bofè-a insultant.

Le même bofè-a malpropre qui fut chanté contre Georges  Gratiant en 1957 ainsi que nous l’a souvent rappelé Jenny Gratiant.

Laissons Camille Chauvet à ses outrances qui  décrédibilisent quelqu’un qui jusqu’à nouvel ordre est théoriquement un « éducateur du peuple ». Affligeant personnage.

A signaler quand même que dans le reportage de Martinique Première relatant l’incident, il est mentionné que Francis Carol a été insulté et Didier Laguerre a bredouillé confusément des propos tentant de se démarquer de l’attitude de son monde.

Michel Branchi

(Justice n° 14 du 3 avril 2014)           

 

Imprimer cet article

1 commentaire

  1. boukman daniel /

    Samedi 29 mars, au sein d’un espace – la salle du conseil municipal de Fort-de-France – orné de portraits flambant neuf de celui érigé en idole,l’hystérie collective déployée par les nervis du néo-PPM a révélé au grand jour les dérives mortifères
    d’un parti en perte de respectabilité dont les éléments sains, s’ils continuent de se taire etlaissent faire,seront seront coresponsables de l’inexorable avancée de pratiques macoutistes.
    Daniel Boukman

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>