Le PArti pour la LIbération de la MArtinique

Capitale : Désormais aux portes du pouvoir

Capitale : Désormais aux portes du pouvoir

16 avr 2014

A Fort de France, les forces du changement réalisent un score historique

Francis CAROLE, conduisant la liste « Union pour le changement à Fort de France » a obtenu 8390 voix.

Didier LAGUERRE, candidat du néop-ppm obtient 12720 voix, sensiblement le même résultat réalisé par Serge LETCHIMY, lors du premier tour des législatives de 2012.

Aux municipales de 2008, le néo-ppm faisait un score de plus de 20 000 voix.

En clair, le néo-ppm entre 2008 et 2012 perd environ 10 000 voix, ce que le scrutin de 2014  a confirmé.

Parallèlement, on constate la très nette progression du candidat de l’Union, Francis CAROLE, augmentant son score de 5000 voix en deux ans.

Le récent changement des règles électorales a permis au candidat du néo-ppm d’échapper à un deuxième tour qui aurait pu provoquer le basculement tant attendu.

On comprend pourquoi, certains, plus propagandistes que journalistes, se précipitèrent pour en faire une lecture erronée, complaisante vis-à-vis du néo-ppm, niant par là même les faits, mais les faits sont têtus…

Un système néo-ppm pris « la main dans le sac »

L’incident intervenu le jour même de l’investiture du nouveau maire de Fort de France le 29 mars 2014, provoqué sciemment  par une poignée de ses partisans insultant les élus de l’Union, montre l’un des aspects de ce système fondé entre autres sur l’intimidation et le mépris de l’opposition.

La réaction embarrassée du maire, refusant de condamner de telles pratiques, se contentant d’une déclaration incompréhensible (« je comprends leur déception, je ne comprends pas leur colère) faisant suite au départ des 10 élus de l’Union pour le changement à Fort de France en signe de protestation indique précisément qu’il ne peut aller à contre-courant de ce système qui vient de le faire « roi » pour peu que cette idée lui ait effleuré l’esprit.

Il faut bien comprendre que ce système néo-ppm que nous combattons, étant devenu un « système pour lui-même ; n’a pas de message à délivrer hors celui de le laisser là….

Il s’est organisé pour que l’échec flagrant de sa politique municipale ne menace pas sa survie.

Il n’a donc pas de comptes à rendre à la population.

Aucune alerte ne les émeut : le centre-ville peut mourir. La ville peut avoir une dette abyssale. Celle-ci peut perdre 10 000 habitants en 10 ans.

Les impôts peuvent y étrangler les contribuables rien n’y fait.

En outre, ses représentants n’ont aucune raison d’être présents dans les quartiers ;

En définitive, peu leur importe leur bilan : selon eux, ils ont réussi à transformer un parti en « assurance tous risques » et considèrent la ville comme étant leur patrimoine.

Ce système compte donc se maintenir en mettant en œuvre plusieurs éléments :

-          Se servir au-delà du « raisonnable de l’image de Césaire afin de démontrer de manière ostensible, « une fidélité » à toute épreuve. Cependant, la pratique et les discours des représentants de ce système néo-ppm, les rapproche beaucoup plus des Rimize ou autre Michel Renard, insufflant en tout et partout, la peur de toute responsabilité réelle pour ce pays. Certains parmi eux, versent même avec enthousiasme dans le discours ordurier, c’est-à-dire tout le contraire de Césaire.

-          Exercer une pression inadmissible sur le personnel municipal, particulièrement en période électorale. N’a-t-on pas assisté à la visite des services municipaux par l’actuel maire, alors qu’il n’était que candidat.

-          Violer les règles élémentaires en matière électorale en établissant dans les bureaux de vote des « listes bis »…

-          Noyauter les grands médias

-          Intimider l’adversaire

On se rappelle les pressions physiques dont ont été victimes Jean-Philippe NILOR ou encore Louis BOUTRIN. On a encore en mémoire qu’à l’occasion des dernières législatives, l’un des porte-parole du néo-ppm indiquait qu’Alfred MARIE-JEANNE était désormais dans « le couloir de la mort »

Nous reviendrons également sur le caractère pour le moins morbide de certaines caricatures de Francis CAROLE ayant fleuri dans leur feuille hebdomadaire improprement dénommée « le progressiste ».

Or ce système qui se croyait hors d’atteinte, a subi une attaque foudroyante à l’occasion du premier tour des élections municipales du 23 mars 2014.

Les forces du changement sont désormais aux portes du pouvoir à Fort-de-France.

 

NB : Dans le conseil municipal du mardi 15 avril 2014, le maire de Fort de France, Didier LAGUERRE s’est refusé à condamner publiquement les actes inqualifiables du 29 mars. Francis CAROLE, au nom des élus de la liste « Union pour le changement à Fort de France »  s’est élevé contre de telles dérives et a adressé  une sévère mise en garde afin que de tels agissements ne se reproduisent plus.

La rédaction de Palima.org

le 16 Avril 2014

Imprimer cet article

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>