Le PArti pour la LIbération de la MArtinique

CEUX QUI DÉCOUVRENT LES SOUFFRANCES DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DE LA CTM

CEUX QUI DÉCOUVRENT LES SOUFFRANCES DES TRAVAILLEURS SOCIAUX  DE  LA CTM

14 avr 2016

Parmi les revendications de syndicats de la CTM figurent  les « conditions de travail » des personnels de l’action sociale de l’ex-Conseil Général.
Le constat de dégradation ne fait aucun doute.
Mais à qui veut-on faire croire que cette situation date de l’arrivée de la majorité actuelle à la tête de la nouvelle collectivité ?

Subséquemment, se posent d’autres interrogations : Qu’ont fait contre cette dégradation constante ceux qui, aujourd’hui, en justiciers indignés, semblent découvrir cette réalité et veulent en attribuer la responsabilité à notre équipe ?

Pourquoi certains responsables syndicaux -pas tous, heureusement- ont regardé, les bras croisés, se détériorer, jour après jour, les conditions de travail des travailleurs sociaux de l’ex-Conseil Général ?
Comment ont-ils permis que cette souffrance qu’ils dénoncent aujourd’hui s’installe partout, dans toutes nos antennes, du Nord au Sud de la Martinique ?

Pourquoi n’ont-ils pas utilisé les cinq longues dernières années qui viennent de s’écouler pour, pas à pas, effort après effort, mobilisation après mobilisation, permettre à ces personnels de travailler dans des conditions décentes ?
Pourquoi ne semblent-ils prendre conscience que maintenant des conditions insupportables dans lesquelles les usagers sont reçus dans plusieurs de nos locaux ?

Au nom de quelle rectitude intellectuelle et morale osent-ils nous reprocher de ne pas avoir fait en trois mois (3) ce qu’ils n’ont pas eu le courage d’aborder en CINQ ANS ?
Pourquoi et comment ce silence, cette inertie, cette complaisance, cette démission, cette complicité ?

Oui ! La situation des travailleurs sociaux de la CTM est -osons le mot- catastrophique. C’est la raison pour laquelle, dès notre entrée en fonction, nous avons commencé la visite de toutes nos antennes, d’abord dans le Nord, souvent oublié ( de Bellefontaine à Saint-Pierre et de Basse-Pointe au Robert). Nous avons rencontré le personnel du CADM, de Dillon, de Clairière. Nous avons aussi programmé des rencontres dans le Sud, dans les prochains jours, et dans le reste du pays.

Dans les secteurs comme Trinité, Dillon ou encore Marin, alertés par le personnel, nous avons immédiatement pris des initiatives ou accéléré des procédures pour que les travailleurs sociaux de la CTM puissent exercer leur métier dans un cadre optimal et offrir, par là même, le meilleur service possible aux usagers.

L’amélioration des conditions de travail des agents de la collectivité et de la qualité de l’accueil des usagers (les deux étant intimement liées) constituent des points essentiels de la politique de notre majorité.
Parallèlement, nous avons lancé les grands chantiers de la modernisation de l’action sociale de la CTM (schéma d’autonomie pour les personnes âgées et les personnes en situation de handicap) et bientôt le schéma de l’enfance, de la jeunesse et de la famille.

Nous respectons le fait syndical martiniquais. Nous respectons les syndicats et leurs représentants. Ainsi, nous ne nous permettrons jamais, comme nous l’avons entendu de la bouche d’un dirigeant syndical, de déclarer sur les ondes que les entretiens que nous avons eus avec nos partenaires « c’est du bla-bla-bla ». Quelle drôle de conception du « dialogue social » si souvent évoqué par le même interlocuteur ! Et quelle singulière arrogance !

Nous sommes ouverts à la négociation et à la recherche de solutions rationnelles, dans l’intérêt de tous. Mais il faut savoir raison garder. Seule la vérité permet de progresser. Et nous devons à la vérité de dire que si certains syndicalistes sont convaincus de faire leur travail -et personne ne saurait leur dénier ce droit- une vaste instrumentalisation politique est actuellement mise en œuvre par les revanchards du 13 décembre 2015 pour déstabiliser la CTM et tenter de discréditer ses responsables. La Martinique doit en être consciente.

Francis CAROLE

Imprimer cet article

1 commentaire

  1. Daniel Boukman /

    Ces agitateurs politiquement télécommandés seraient-ils atteints du syndrome chilien ; ils rêvent peut-être de réaliser
    ce qui aboutit au renversement du gouvernement démocratiquement élu de Salvador Allende, entreprise criminelle dont les grèves actionnées par des syndicalistes manipulées par la CIA furent le prémices de ce qui donna le feu-vert à un coup d’Etat militaire avec les arrestations et massacres qui s’ensuivirent.
    Comparaison n’est pas raison , la Martinique n’est pas le Chili, d’accord !

    Et si les manoeuvres politico-syndicales en cours avaient comme objectif de paralyser le fonctionnement des rouages rénovés de la CTM démocratiquemnt élu avec comme forces de nuisance complémentaires les mensonges et falsifications du néo-PPM et de ses sbires ? Il s’agirait alors de créer un climat tel qu’une mise sous tutelle de la CTM serait, en sous-main, réclamée au pouvoir français…
    Bien fous seraient alors ceux qui endosseraient la responsabilité d’une telle décision !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>