Le PArti pour la LIbération de la MArtinique

Au Conseil municipal du 26 avril 2016

Au Conseil municipal du 26 avril 2016

7 mai 2016

Didier Laguerre allergique à la démocratie : Il est « inadmissible » de poser des questions en Conseil municipal

Décidément la municipalité PPM de Fort-de-France  est allergique à la démocratie la plus élémentaire ou basique. Nouvel exemple.
Lors du Conseil municipal du mardi 26 avril dernier deux questions relatives à la commande publique étaient à l’ordre du jour :

-         Un marché de travaux de réalisation et de réfection des chaussées et de parking sur la voierie communale ;

-        Un marché de reprise du lot couverture pour terminer les restaurations de la cathédrale Saint-Louis de Fort-de-France.

Le rapport du Maire indiquait que  les deux lots « réalisation de revêtements » et  « réfection de revêtement »s d’un montant chacun maximum de 2 millions d’euros hors taxes du premier marché avaient été attribués pour  4 ans à la Société Colas par le délégataire du Pouvoir adjudicateur, à savoir la présidente de la Commission d’Appel d’offres.

L’élu municipal d’opposition Michel Branchi, membre de la Commission municipale d’appels d’offres, demandant la parole a commencé par indiquer qu’il ne se souvenait pas avoir vu ces dossiers passer en Commission et a demandé s’ il y avait eu mise en concurrence préalable avant attribution et combien de candidats avaient présenté des offres.

Immédiatement, le conseiller Frantz Thodiart est intervenu pour dire que les questions posées étaient « tendancieuses » et constituaient des insinuations malveillantes tendant à suggérer que la municipalité ne respectait pas les règles.

Le Maire Didier Laguerre a renchéri et a fustigé ce qui lui paraissait une insinuation insultante et provocatrice du conseiller Michel Branchi tout en indiquant qu’il s’agissait d’un marché en procédure adaptée (Mapa). Donc ne nécessitant pas le passage en Commission d’appel d’offres. Or cette précision ne figurait pas au rapport de présentation. De plus le montant étant supérieur à 90 000 euros cette procédure imposait la publication d’un avis de marché dans une publication idoine. Les questions posées étaient donc légitimes s’agissant tout de même de 4 millions d’euros. L’opposition est dans son droit de s’assurer que l’argent public est bien utilisé sans accuser personne à ce stade.

 Le Maire et la conseillère présidant la Commission d’Appel d’offres ont ensuite indiqué qu’il y avait eu mise en concurrence et que deux offres avaient été reçues. Dont acte. Didier Laguerre cru utile en sus d’interpeller assez rageusement le conseiller d’opposition en lui reprochant de n’avoir pas été consulter le fond de dossier à sa disposition.

Certes il est possible de consulter les dossiers, mais cela n’empêche pas de pouvoir poser des questions en séance du Conseil municipal, lieu d’expression démocratique.

Concernant le second marché sur la couverture de la cathédrale de Fort-de-France  attribué pour 169 120,37 € TTC à l’entreprise ADHENEO Artisans du Patrimoine suite à la mise en liquidation du premier attributaire Adheneo La Toiture Gautier Yvon Les Toitures d’Anjou, l’élu d’opposition a demandé  si  sur « la foi de la réponse du maire » pour le premier marché on pouvait estimer qu’il y avait eu mise en concurrence et plusieurs candidats. Pour ce marché le rapport indiquait par contre qu’il avait été lancé en procédure adaptée, donc légalement sans passage en commission d’appel d’offres.

Pour le coup, le Maire Didier Laguerre a littéralement explosé en criant que la question posée était perfide et insinuait que la municipalité ne respectait pas le code des marchés publics pour semer le doute dans le public. Et il a scandé à plusieurs reprises : « Cela était  inadmissible, inadmissible, inadmissible ».

Ce que voyant la conseillère d’opposition Monique Pamphile de Fok Sa Chanjé Fodwans  a répliqué que Michel Branchi s’était contenté de poser des questions et qu’il était antidémocratique de juger que poser des questions en Conseil municipal était insultant. Elle a récusé avec force que les propos de son collègue puissent constituer une insinuation infâmante ou des allusions désobligeantes.

A l’occasion d’un autre dossier Michel Branchi a posé une autre question en demandant ironiquement si cela aussi était  « inadmissible ». Il a rappelé que le Conseil municipal était le lieu où toute question sur les affaires de la Ville pouvait être posée et que remettre en cause ce droit ne respectait pas la démocratie.

Didier Laguerre a invité alors Michel Branchi à s’occuper du respect de la démocratie dans d’autres lieux ou pays. Allusion aux ex-pays communistes ? Michel Branchi lui a demandé s’il voulait, comme d’autres avant lui, prendre l’avion pour Moscou.

Rendant compte de ce Conseil municipal Jeannie Darsières dans l’hebdomadaire du PPM « Le Progressiste » du 4 mai 2016 a estimé nécessaire d’enfoncer à nouveau le clou et a qualifié les questions posées par le conseiller Michel Branchi sur ces deux marchés d’ « intervention provocatrice » et  a même estimé mensongèrement que « le sieur Branchi insinue »  que l’opération sur la cathédrale aurait été « lancée sans concurrence ».  La rédactrice s’en prend aussi à Marie-Laurence Delor, autre conseillère d’opposition de Fok Sa Chanjé Fodwans, coupable également à ses yeux de « questions insidieuses » sur les cessions du domaine privé communal au profit d’occupants. « Inadmissible » aussi ?

Toute cette agitation  montre, une fois de plus, qu’une grande partie de la municipalité PPM n’a pas de culture démocratique et qu’elle est irritée par une simple question qu’elle reçoit comme  un crime de lèse-majesté.

Mais pourquoi donc cette fébrilité et cette nervosité ?

Michel Branchi

Conseiller de l’Union Pour le Changement à Fort-de-France      

Imprimer cet article

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>