Le PArti pour la LIbération de la MArtinique

La Tour de toutes les hontes

  La démesure

      Le 1er juillet 2012, en liaison avec l’ouverture du 41eme Festival Culturel de Fort – de – France,, au pied d’une tour jumelle – ou presque – de celle que, dans sa folie des grandeurs,, l’émir de Dubaï a fait bâtir, la foule des curieux n’a pas, comme au temps de la Rome décadente, eu droit aux jeux du cirque, mais, de 9 heures à midi, ce jour-là, il a été servi au « peuple » du divertissement avec au menu visite d’un appartement témoin, animation fitness (zumba et boat camp), démonstration de jet-ski, initiation en segways (véhicules électriques sur deux roues).

     Lors d’une interview  accordée à une journaliste de France – Antilles (1),  le sieur Jeffrey Mack, PDG de la Guardian Holdings, ( qui a, dit-il, à son actif, la construction de la plus haute tour du monde, celle de Taïpé à Taiwan, 101 mètres ; celle du plus grand centre commercial d’Europe, le Centre Colombo au Portugal et de la première chaîne d’hôtel de cinq étoiles de Turquie), [avec délectation] précise que, pour consolider les fondations de cette tour, il a été versé en béton de quoi construire un mur d’un mètre de haut pour 40 centimètres de large, lequel mur peut s’étaler du nord au sud de l’île ; qu’a été associée à ce mur une quantité de barres de renforcement en acier qui, mises bout à bout, s’étireraient sur l’arc des îles de la Caraïbe, de Cuba à Trinidad aller-retour.

     On apprend que les 20 étages de la tour – 100 mètres de haut, façade de verre turquoise – sont des plateaux de 950 m², soit, au total, 45 appartements de haut standing ; que les accès aux étages seront contrôlés à chaque niveau par une carte magnétique individuelle ; qu’il existe, par étage, 3 ascenseurs ; qu’un service de gardiennage sera assuré 7 jour sur 7, 24 heures sur 24 ; qu’au pied de la tour, au niveau plazza, il est prévu un grand hall de réception, 9 boutiques de grand luxe, une salle de fitness, une piscine.

 Opacité

      Mais, en ce qui concerne l’essentiel, à savoir les fonds investis dans cette babylonienne entreprise, le PDG de la Guardian Holdings se fait beaucoup plus discret : le plus gros et premier chantier de ce type dans la région caraïbe est financé, dit-il, par un groupe trinidadien (la Guardian Holding) ; des partenaires ‘ « locaux » dont le groupe Monplaisir (2).

     Pour l’aider dans sa tâche de mener à terme ce projet pharaonique, le dénommé Martin James, PDG de la Société de Promotion de la Pointe – Simon, est appuyé par d’autres professionnels : les architectes Erick Orville et Frank Brière, la société INSO ( ?) étant en charge de la construction proprement dite.

     Selon les dires du PDG de la Guardian Holdings, 75% des frais de conception et conseils rémunérés sont revenus aux entreprises « locales » (lesquelles ?) ; 80% des matériaux nécessaires à la construction de la tour (lesquels ?) ont été achetés localement ou par des agents locaux (lesquels ?) ; quelque 1.400 emplois ont été créés (combien de Martiniquais et en particulier d’habitants des quartiers Rive Droite ont bénéficié de ces emplois ?).

 Indécence

      Le concepteur de cette tour s’est contenté d’imiter un modèle architectural copie conforme de la mégalomanie de ceux qui en font commande sous d’autres cieux ; sur le plan esthétique, cette monstruosité de béton et d’acier rappelle combien, dans notre pays, prolifèrent les métastases de l’aliénation.

     Dans un pays, le nôtre, où la pauvreté avance en grandes enjambées, ériger une telle tour dont les 45 appartements de haut standing (4.200 euro le m² ) sont exclusivement destinés à la vente, c’est faire montre d’une insolente indécence (3).

     Bâtir une telle tour qui,  par  son arrogance, domine les habitations des populations environnantes (Fonds Kérosène, Fonds Populaire, Texaco) frappées de plein fouet par les misères et souffrances qu’engendrent le sous-emploi, le chômage, la délinquance, c’est faire preuve d’obscénité (4).

     Et cette obscénité dépasse les frontières du supportable lorsque, le dimanche 1er juillet, de la bouche du PDG de la Société de Promotion, de la Pointe – Simon, on apprend qu’est donné à ce repaire d’intérêts privés, le nom de LUMINA.

 La manipulation

      La Société de Promotion de la Pointe – Simon lance à l’attention des lycéens un concours afin d’attribuer à la tour un nom, la date butoir étant fixée au 31 mai 2012 ; cette appellation devra faire .référence à l’histoire ou au futur de la Martinique ; ce concours se déroule en partenariat avec la Région et le Rectorat, laquelle institution publique instrumentalise ainsi une large frange de la jeunesse scolaire de Martinique au profit d’une opération immobilière privée ;  un comité de pilotage dirigé par le Président du Conseil régional, le Maire de Fort – de France et le recteur, André Siganos, aura pour charge de désigner le lauréat du concours

Rivière – Salée, lycée Joseph – Zobel : Madame Parize, professeure de philosophie avec l’aide d’autres personnels de l’établissement,  met en place un groupe de travail avec les élèves de terminale littéraire. ; divers noms – Majorine, Matador, Matrone, Paulette Nardal  sont avancés…  Proposé par la jeune  A. F.  celui de Lumina est retenu parce que c’est un symbole de résistance et aussi parce qu’il faut retrouver confiance en soi, tout en portant un regard honnête sur le passé (5).

     Le choix d’appeler la tour Lumina initié – peut-être – par la jeune A.F, consacré – sans nul doute – par leur professeure et l’équipe pédagogique du lycée Joseph – Zobel, est sanctionné par le Comité de pilotage, et des mains du PDG de la Société de Promotion de la Pointe – Simon, A.F reçoit un  IPAD 3 ; un chèque de 5.000 euro.est remis au lycée Joseph – Zobel, et, pour ajouter une touche lyrique  au spectacle, le Maire de Fort – de – France, proclame  aujourd’hui, nous devons remercier Aimé CESAIRE d’avoir prophétisé la Ville de Fort – de – France Belle, et remercier tout autant Serge Letchimy, aujourd’hui Président de la Région Martinique, d’avoir eu l’audace de s’accrocher au « rêve jugé fou » d’Aimé CESAIRE et d’avoir réuni les conditions nécessaires pour aller de l’utopie à la concrétisation de celle-ci (6).

Vie et mort d’une héroïne martyre.

 * 5 novembre 1848  :  naissance de Lumina Sophie dite Surprise sur l’ habitation La Broue au Vauclin.

*  2 décembre 1851,  4 ans après le 22 Mai 1848 mettant fin en Martinique au système esclavagiste, en France,  coup d’Etat de Napoléon III … En Martinique; à partir de 12 ans, tout individu doit posséder un livret précisant son identité, son domicile, son signalement, son âge, ses déplacements  ; instauration du travail obligatoire , d’un impôt personnel payé uniquement par les travailleurs des campagnes ; les libertés publiques sont réprimées,  la presse censurée… C’est dans ce contexte d’esclavagisme renaissant qu’en septembre 1870, à Rivière-Pilote, et suite à la condamnation  injuste, le 19 septembre, du jeune Lubin, qu’éclate la Grande Insurrection du Sud qui s’étend  à d’autres communes dont les habitations sont incendiées par les insurgés auxquels se joignent des femmes dont  Lumina Sophie dite Surprise-

* Le 25 septembre, les forces de l’ordre colonial l’ emportent  sur les combattants de la liberté  et au cours de 1871, la répression  sanglante fait place à la répression des tribunaux. Sont condamnées de 2 ans à 20 ans de travaux forcés : Chériette Chérubin, 17 ans, couturière ; Louisine Chérubin, 23 ans, couturière ; Rosanie Soleil, 27 ans, couturière ; Adèle Frémont, ne sait pas son âge, cultivatrice ; Robertine Geneviève, 21 ans, cultivatrice ; Malvina Sylvain, ne sait pas son âge, cultivatrice ; Aline Ménage, ne sait pas son âge, cultivatrice ; Hortensia Chilon, ne sait pas son âge, domestique ; Maria Bouchon, ne sait pas son âge, cultivatrice ; Dame Jean-Louis Camille Cyrille, 32 ans, cultivatrice … Lumina Sohie dite Surprise, 23 ans, couturière,   considérée par les juges comme  la flamme de la révolte, accumule sur sa tête le plus grand nombre d’accusations, est condamnée, ainsi qu’Asténie Boissonnet, 21 ans, cultivatrice, aux travaux forcés à perpétuité pour « incendie et participation active à l’insurrection» (7)   

     Son procès se déroule du 17 mars au 17 avril 1871… Enceinte, sur le point d’accoucher, le 30 mars, elle retourne à la prison centrale de Fort  – de – France ; le 2 avril , elle donne naissance à un garçon, Lumina Théodore, qui est aussitôt  enlevé à sa mère (8)…

      Le 22 décembre  de la même année, Lumina Sophie dite Surprise est  déportée au centre pénitentiaire de Saint-Laurent du Maroni en Guyane ; le 4 août 1877, elle épouse au bagne Marie Léon Joseph Félix, paysan originaire du nord de la France, de 14 ans son aîné …Le 15 décembre 1879, à 4 heures de l’après-midi, à Saint-Laurent du Maroni, âgée de 31 ans, meurt loin des siens.

 La profanation

      Le récit de cette vie exemplaire (9), la professeure de philosophie du lycée Jozeph-Zobel l’a t-elle- ainsi présentée à la jeune  A..F. et à ses camarades afin de leur permettre de  découvrir avec respect cette page de notre histoire ? L’équipe pédagogique de cet établissement scolaire de la commune de Rivière-Salée, les membres du Comité de pilotage, les encenseurs médiatiques de cette cérémonie  indigne  du 1er juillet 2012, collectivement se sont faits les complices d’ une profanation mémorielle.

Daniel Boukman

 

 1.France-Antilles 30 juin / 1er juillet 2012

2.Quelle est dans cette transaction immobilière la participation de la Région et de la ville de Fort – de – France ?

3. Dix huit bureau sont destinés à plusieurs administrations dont certaines du Conseil régional pour lesquelles il était prévu de louer une surface de 1.877 m² couvrant deux étages avec un bail d’une durée de 9 années consécutives ; le loyer annuel TTC : 828. 534 euro, ces obligations financières devant augmenter, chaque année, du fait de l’évolution de l’indice de variation du coût de construction…. Suite à l’opposition vigilante du Groupe des Patriotes et Sympathisants, le Président du Conseil régional, tout en déclarant  « retirer » ce dossier de l’ordre du jour de la Commission Permanente  du 13 novembre 2011, a fait néanmoins voter par sa majorité un « accord de principe » concernant  ce projet de location.

4. Comme dit la parole : pli ta pli tris ! la loi dite Letchimy sur les logements « indignes » votée sous le règne de Sarkozy, crée un droit nouveau pour ceux qui ont construit sur une parcelle de terrain dont ils ne sont pas propriétaires. Avant cette loi, ceux qui ont construit sur des terrains appartenant à l’Etat ou à une commune pouvaient être délogés sans aucune indemnisation pour une construction illégalement édifiée.  Le principe légal étant que la construction appartient au propriétaire (l’Etat ou la commune) de la parcelle sur laquelle elle se trouve,   un maire qui voudrait déloger un tel « squatter » ne pouvait puiser dans les fonds publics de sa commune pour l’indemniser et ainsi l’inciter avec des arguments « sonnants et trébuchants » à quitter les lieux. Suite à la loi dite Letchimy, c’est – théoriquement – possible si bien qu’il n’est pas interdit de penser qu’ une fois signé le décret d’application de ladite loi (si tant est qu’elle le soit jamais),  aux habitants de ces « logements indignes » qui « défigurent » le paysage des alentours de la tour, il soit proposée une indemnité pour qu’ils dégagent et voilà ! à la suite de ce « nettoyage social », non seulement ces messieurs et dames de la Tour pourront dormir tranquilles avec le sentiment que leur sécurité est assurée… Mais de plus, le projet du   « Grand Malecon », de la plage de la Française pour arriver, sans interruption, jusqu’au pied du phare de la Pointe des Nègres, ce vieux rêve d’une Riviera pour nantis pourrait devenir réalité…Quant aux délogés des quartiers Rive Droite Lavassor, comme autrefois ceux du Morne Pichevin casés dans les cages à lapins des barres du Morne Vannier, ils n’auront que leurs yeux pour pleurer.

5. France – Antilles  2 juillet 2012

6. Extrait du discours du maire de Fort- de- France..  Pour en savoir plus,   allez sur Google, et cliquez   PPM discours d’inauguration de la Tour Lumina.

7. Adèle Négrant est condamnée par contumace aux travaux forcés… Décembre 1871, au polygone de Fort – de – France, Cyrille Nicanor, Eugène Lacaille, Furcis Carbonnel, Louis-Charles Hutt, Louis Gertrude Isidore sont  fusillés… Madeleine Clem et Louis Telgard, condamnés à mort par contumace, ayant trouvé refuge à Sainte-Lucie, ne seront jamais retrouvés.

8. Le 22 décembre 1872, Théodore Lumina , à l’âge de 14 mois, meurt à la prison de Fort – de – France

9. Voir Lumina Sophie dite « Surprise » 1848 – 1879, Insurgée et bagnarde de Glibert Pago, Ibis Rouge Editions, 2008 et consulter aussi Histoire de la Martinique de 1848 à 1939, tome 2, d’Armand Nicolas, page 78 à 98.,  éditions l’Harmattan, 1966.

Imprimer cet article

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>