Le PArti pour la LIbération de la MArtinique

QUAND LE « PROGRESSISTE » S’ENGAGE SUR LE TERRAIN GLISSANT DE L’ACISE

QUAND LE « PROGRESSISTE » S’ENGAGE SUR LE TERRAIN GLISSANT DE L’ACISE

10 août 2018

 

Le 18 juillet une partie du personnel de l’ACISE débrayait, reprochant à la direction de l’association « l’opacité de sa gestion ». Nous avons alors considéré que nous n’avions pas à nous immiscer dans ce conflit social et nous nous sommes abstenus de tout commentaire.

Or, le 25 juillet, « Le Progressiste », journal du néo-PPM, prenait le risque de nous mettre violemment en cause, dans un article fielleux, véritable cocktail d’incohérences, d’inepties intellectuelles et de mauvaise foi proclamée.

Nous sommes ainsi accusés « d’asphyxier une association seulement parce qu’elle était foyalaise ».

Comme ce n’est pas suffisant et que certains esprits considèrent qu’il faut toujours être dans la démesure démagogique pour tenter de gagner une once de crédibilité-le ridicule par ailleurs n’étant pas mortel- l’auteur de la fatoua du « progressiste », pris dans un accès de delirium tremens anti-CTM, nous rend responsable d’un grand complot contre « La Ville Capitale »… Imaginez un peu ! Il s’agit, pour citer l’auteur des thèses complotistes du néo-PPM, d’un « plan dont l’unique objectif est de détruire le tissu associatif foyalais » ! Pas moins…

Chacun comprendra donc l’obligation dans laquelle nous sommes mis de répondre, malgré nous, à ce déferlement d’incongruités.

On pourrait simplement en rire et se demander ce qui a été vraiment fait par la majorité municipale en place à Fort-de-France pour aider le « tissu associatif foyalais » et les clubs sportifs de la capitale, en souffrance depuis des décennies… On pourrait tout aussi bien montrer que « l’aide » de la municipalité aux associations foyalaises, déjà bien insignifiante, avait encore fortement chuté avant même la création de la CTM, en raison d’une dette de plus de 220 millions d’euros, ne pouvant être remboursée que sur 150 ans en 2017 !

Mais concentrons-nous sur l’ACISE.

La CTM a donné une suite favorable aux demandes de l’ACISE entrant dans le cadre de ses obligations légales. En effet, la Collectivité n’est pas le seul financeur de cette structure et doit, pour sa part, faire face à une multitude d’urgences, relevant de ses responsabilités directes, dans le secteur social.

En outre, entre Janvier 2016 et février 2018 (2 ans) la CTM a versé à l’ACISE 930 834, 70 €, presqu’autant que les deux ex-collectivités en 4 ans !

Il est important de rappeler que la CTM a dû payer les soldes de 2015, 2014 et même de 2013 qui n’avaient pas été versés à l’ACISE par l’ex-Conseil-Général et l’ex-Conseil Régional !

« Le progressiste » s’est-il, à l’époque, intéressé à la question de savoir si le Conseil Général et le Conseil Régional versaient « au plus tôt les sommes dues à l’association» ? Quand on est aussi mauvais payeur, il est plus prudent et plus décent de se taire et de se garder de faire la leçon à d’autres.

Contrairement donc aux élucubrations politiciennes du « Progressiste », l’attitude constante de la CTM, depuis sa mise en place, a consisté à aider l’ACISE.

C’est, par ailleurs, céder à une réflexion paresseuse que de considérer que la mise en redressement judiciaire de l’ACISE serait la conséquence d’un problème de subventions de la CTM.

En réalité, c’est le modèle économique de cette association et son mode de gestion qu’il convient d’interroger si, au lieu de se livrer à des polémiques à quatre sous, on veut vraiment pérenniser son action.

En effet, dès fin 2015, avant même la CTM, l’association cumulait déjà une dette de 2 277 772 € et un déficit de 681 945 €, ainsi que l’indique le rapport du commissaire aux comptes de l’ACISE pour l’exercice 2016. Les charges (+12,3% en 2016) augmentaient bien plus vite que les produits et leur étaient significativement supérieures.

On note à ce propos une augmentation des salaires globaux de + 8,85 % (+ 197 848 €) soit 2 426 674 € en 2016 contre 2 228 826 € en 2015. Le poste spécifique « salaires et appointements » passait de 1 664 711 € en 2015 à 2 110 765 € en 2016, soit + 446 054 € et + 26,79 % d’augmentation.

Le Rapport du commissaire aux comptes de l’ACISE pour 2016 relevait que les rémunérations des « 3 (trois) plus hauts cadres dirigeants bénévoles et salariés ainsi que leurs avantages en nature s’élèvent sur l’exercice 2016 à 186 283 € », soit 5174,52 € en moyenne, par mois et par personne (3 personnes).

Chacun aura noté que c’est la responsabilité de l’ACISE qui est engagée dans la situation qu’elle traverse aujourd’hui. Pas celle de la CTM !

Si le « Progressiste » veut poursuivre le débat sur l’ACISE, nous nous ferons un devoir d’apporter quelques éléments de gouvernance qui compléteront utilement notre démonstration et le tableau général.

Francis CAROLE

MARTINIQUE

Jeudi 9 août 2018

Imprimer cet article

3 commentaires

  1. Sylviane /

    Parfait ! il fallait ce recadrage !

  2. Daniel Boukman /

    Il est bien qu’aux accusations fallacieuses du « Progressiste » soient opposés des précisions chiffrées dont la rigoureuse objectivité contribue à libérer la conscience de nos compatriotes de l’emprise obscurantiste des promoteurs de ce journal.

    • Tourbillon Pascal /

      Sur la base des chiffres livrés, on ne peut que conclure à une gestion pour le moins laxiste des dirigeants de cette association. Il y va de leur crédibilité!En particulier comment justifier des salaires aussi élevés et généreux de ces dirigeants quand l’association est si lourdement endettés? Comment voulez-vous dans ces conditions qu’on réponde favorablement à toutes les demandes de subventions qu’ils font?

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>